Tests Produits Running et Trail

HOKA HOKA KAILUA- TIME TO FLY

par Alexandra RENAUD / 30-10-2014

Qu'est-ce que Hoka ?

HOKA HOKA KAILUAEn 2008, sous l’impulsion de Nicolas Mermoud (3ème de l’UTMB 2007) et de Christophe Aubonnet (qui a travaillé 15 ans chez Salomon), HOKA voyait le jour.
La marque franco américaine est venue ainsi bousculer les habitudes et a fait une entrée très remarquée sur le marché en créant une chaussure de Trail très originale avec une semelle haute (oversized) et plate (faible drop).
Depuis, Hoka One One continue de proposer des modèles innovants et une autre approche. Amorti, confort et aussi légèreté sont les bases de cette collection.
Intriguée par cette chaussure au look atypique, j'ai eu l'occasion de tester le nouveau modèle Hoka One One : la KAILUA, grâce à mon partenaire CASAL RUNNING
Esthétiquement, ce modèle est très féminin et pas salissant J'avoue que la toute première fois où j'ai vu des HOKA, je me suis dit que ça devait être lourd, et difficile de courir avec une semelle si haute ... la peur de se tordre la cheville, instabilité, ...
Chez HOKA, il existe deux systèmes de laçage : j'ai opté pour les lacets quicklace pour une rapidité de laçage: ils sont autobloquants et il y a deux petits élastiques dans lesquels on peut glisser le surplus des lacets pour éviter qu'ils ne s'accrochent dans une branche, qu'ils se desserrent, ...C’est simple et plus pratique que les pochettes vues sur d’autres marques.
J'ai pu courir en HOKA le défi de l'Oisan, un trail à étapes de 200km et 12000m de D+ et honnêtement, un régal ! On vole et on ne sent pas les imperfections du terrain, pierriers, racines, ...!!!
Depuis je n'avais qu'une seule envie, la rechausser et, mon souhait s'est réalisé au Trail des Aiguilles Rouges en septembre dernier !
Un rassemblement de HOKA de toutes les couleurs ce trail :)
Et oui, si le fait d’être haut perché peut surprendre lors des premières foulées, on s’habitue très vite aux semelles, et la foulée n’est pas pour autant plus modifiée que ça.
Justement, la semelle est en forme d’ellipse, incurvée, facilite le déroulé du pied et associée au drop 5mm, votre foulée se rapproche d'une foulée naturelle.
Dès qu'on les chausse, on ressent le dynamisme et amorti de l'oversize grâce à la semelle intermédiaire en mousse EVA, ce qui réduit les traumatismes lors de vos foulées liés à l'impact au sol.
La foulée est naturelle grâce à son faible drop et l’accroche est optimale grâce à sa semelle crantée en "V" de 4 mm dédiée au trail (les V à l'avant assurent l’accroche en montée et les V du talon assurent l'accroche en descente)
Elle est " costaud" grâce à ses renforts pare pierres positionnés à l'avant
Le mesh respirant d'une seule épaisseur favorise la ventilation et l'évacuation de l'humidité.


LES TESTS HOKA

J'ai commencé mon test par un simple footing sur sentier et terrain herbeux, histoire de m’habituer en douceur à ces étranges chaussures. Les premières impressions font état d’un amorti incroyable, on a vraiment l’impression de courir sur un coussin d’air.
Sur terrain gras, elles ont une superbe accroche, je ne dérape pas dans la boue et je garde la relance de la foulée.
Côté équilibre, la largeur de la semelle apporte une bonne stabilité, mais il faut néanmoins être vigilant sur ses appuis, au risque de faire un faux mouvement et se tordre la cheville.
Ma première course, test grandeur nature : Le trail des Aiguiles Rouges : un rassemblement de HOKA de toutes sortes !!
Sur terrains bien variés, montées en forêt, boue, pierriers, échelles, via ferrata, tourbes, descente sur les cailloux, ... rien ne les perturbent, si ce n'est l'usure de la semelle peut être un peu prématuré
Niveau distance, avec leur excellent amorti, il est possible de les utiliser sur des trails de moyenne à longue distance
En conclusion, j’ai été agréablement surpris par cette chaussure
J’ai même trouvé ce modèle autant, voir plus dynamique que d’autres.
Je pense qu’il peut être intéressant pour tout coureur de tester ce type de produit même si je sais que ça va à l’encontre de la mode actuelle qui est au minimalisme.
En tout cas, pour ma part, je n’hésite pas à la conseiller : j’avais une réelle impression de ressort sous le pied. Elle était autant un atout en montée qu’en descente, elle a été pensée avant tout pour les Trails en montagne. Le seul reproche que j’ai trouvé: la semelle de s'use vite.


MES IMPRESSIONS

LES PLUS
J’ai beaucoup apprécié l’originalité du look, le confort exceptionnel du chaussant, l’amorti lui aussi exceptionnel.
La semelle particulièrement épaisse permet une absorption des chocs exceptionnelle ainsi qu’une sensation de confort sous le pied.
Elle est plus large de 35% par rapport aux constructions traditionnelles, et est donc conçue pour augmenter la stabilité.
La HOKA s’adapte aux différents terrains : plats à accidentés.
Légèreté : elles se classent parmi les plus légères. Elles aident ainsi à réduire la fatigue lors de longues distances.


LES MOINS, ADAPTATION
Au début, il faut faire attention à la pose du pied.
En effet, la semelle très épaisse fait prendre de la hauteur, d’où un levier plus grand qui peut favoriser une entorse notamment dans les portions en dévers ou dans les descentes très techniques. J'ai quelques fois trébuché mais ... je ne suis pas tombée :)
Par contre, dans les descentes un peu plus roulantes, c’est un plaisir de se laisser griser par la vitesse que l’on peut prendre sans que les talons ne viennent taper durement le sol. On est vraiment bien protégé de ce côté-là. L’accroche m’a également fait bonne impression.

Test t-shirt running Adidas Climachill

par Alexandra RENAUD / 15-08-2014

T-shirt Running Adidas Climachill Femme Bleu

Qu'est-ce que c'est ?

En été ... courir c'est bien,  mais en soirée et encore ...
Après avoir testé quelques courses par 32° encore à 19h, j'ai décidé de me lancer dans la recherche de textile léger, rafraîchissant et voilà ce que j'ai pu tester grâce à mon partenaire sportif Casalrunning.com !


Climachill désigne la toute nouvelle collection textile d'Adidas.
Le but de ces nouveaux vêtements est de permettre aux sportifs de rester au frais et  au sec tout au long de leur effort, et ainsi d'être plus performant.

Comment cela fonctionne ?

Les créateurs de cette ligne ont eu recours à des textiles innovants associés à de l'aluminium 3D et du titane pour réaliser ces vêtements.
Des billes rafraîchissantes d'aluminium intégrées aux textiles et placées à des endroits stratégiques qui permettent au corps de rester au frais le plus longtemps possible.
Une carte de chaleurs primaires, secondaires et tertiaires a été dessinée afin de connaître les meilleures zones d'action.
Les zones sphériques rafraîchissantes se concentrent dans les zones où le corps s'échauffe le plus : le dos, les bras, dans la région du cou et les parties les plus chaudes du tronc pour les t-shirts.

En plus d'offrir une sensation de fraîcheur au contact de la peau, les microfibres de ces vêtements Adidas permettent d'évacuer la transpiration pour rester au sec, comme bon nombre d'autres vêtements de sport déjà sur le marché certes, mais la nouveauté réside dans le fil plat en titane, tissé et présent sur tout l'intérieur des tee-shirts : le SubZero.
Contrairement au fil traditionnel, le fil plat couvre plus de surface et permet une meilleure évacuation de la chaleur corporelle ainsi qu'un refroidissement plus important : augmenter la  surface du fil sans augmenter son poids.

Climachill utilise 3 types de rafraîchissements actifs :

- Rafraîchissement par évaporation : absorbe et sèche la transpiration rapidement grâce aux fibres Polar « Mesh » respirantes qui se trouvent sur la surface externe de Climchill.
- Rafraîchissement convectif : optimise la ventilation au niveau de la peau
- Rafraîchissement conducteur : diffuse la fraîcheur directement au contact de la peau (billes en aluminium)

Le test

En laboratoire, cette gamme a été testée dans le laboratoire Adidas Clima à une température maximale de 50 degrés Celsius.
Une plaque chauffante de 35 degrés a été utilisée pour simuler les fonctions de la peau afin de créer un produit aux fonctions optimales.

Personnellement, j'ai mis mon tee shirt Adidas Climachill à l'épreuve lors de mes sorties longues estivales et lors d'une course de 10km par 32°.
Tests très satisfaisants puisque je n'ai quasiment pas transpiré et j'ai réussi à terminer en «  bonne forme » et bonne vitesse cette course alors que deux semaines auparavant, je terminais au ralenti, tout en m'arrosant d'eau régulièrement au long du parcours.
Le tissu est très appréciable, ni  trop lâche ni trop serré, et reste quasiment sec même après l'effort de longue durée... parfait pour le podium J et il est très esthétique en plus de cela J
Les billes d'aluminium argentées sur le haut du dos nous tiennent vraiment au frais et en combinaison avec le tissu de maille, on sent réellement la fraîcheur rejetée par cet ensemble 
Adidas Climachill examen : R3, 7 mai 2014, note : 8/10

En bref, le tissu de Climachill fonctionne vraiment ! J'aurais aimé l'aluminium-argent dans tous les sens, mais le maillage vous permet de rester plus de suffisamment aéré. Aucune sueur ne marque après que plusieurs essais et la chemise ainsi que le court bien s'intégrer. Le court n'est pas trop lâche et a un bon étirement. Si vous êtes capable de ramasser un té de Climachill (ou court) que d'y aller et aller tous dehors. Vous ne serez pas satisfait.

Prochain test : sur des 1000m J

par Alexandra RENAUD / 20-07-2014

 

Chaussures Running Brooks Cascadia 9 femme

Je recherchais une chaussure confortable, légère, avec de l'accroche.. tout ce dont un traileur peut attendre de ses chaussures   en gros ... en vue de mes ultra trail à venir : le grand raid du Queyras et la TDS !
Face à ces attentes, mon partenaire CASAL RUNNING m'a proposé la chaussure running Brooks Cascadia 9 sans hésiter !
J'avais déjà entendu parler en bien de cette chaussure, des amies ultra traileuses les ayant pour leurs compétitions ...

En premier lieu, j'avoue que j'ai été séduite par l'esthétique de la chaussure !
J'ai bien évidemment testé la chaussure avant de me lancer dans de grandes aventures avec...
La première fois que j'ai enfilé la chaussure, j'ai de suite senti un bon maintien du pied et le confort du chausson.

Lors de ma première sortie, sur sentiers sablonneux, plats, par temps chaud, le pied est resté bien calé mais, pourtant, après 20 minutes j'ai senti un échauffement au niveau de la voûte plantaire (par la suite, il s'avère que cela était lié à mes semelles orthopédiques)

Quelques jours après, voilà les Cascadia 9 engagées sur une course nature de 14km, en Alsace, sur terrain certes  roulant mais vallonné, sablonneux, sec.
J'ai eu des très bonnes sensations, niveau amorti, relance, légèreté, chaleur...  plus d'échauffement au niveau de la voûte plantaire et avec le laçage traditionnel, le pied était bien calé, je me suis sentie maintenue et la chaussure répondait bien (les muscles un peu moins mais ça, c'est un autre registre :p)
La conception d'un sac de trail, série limitée, spécialement conçu par un traileur, pour une très grande épreuve : le Marathon des Sables.

L'aventure dans le Queyras 

Me voilà à quelques jours de mon Grand Raid du Queyras, 132km et 8600 de D+ ...
Pour bien m'habituer, une semaine avant, je suis partie avec mes co-équipières pour leur montrer le terrain ... J
Rando trail, en montagne ou villages, en descente, ou en montée, sur sentiers sablonneux et  abrupts, ruisseaux ou torrents, neige, bitume, ... durant des heures les Brooks Cascadia femme ont absorbé les imperfections du terrain des hautes Alpes.

Je me suis sentie de plus en plus  en confiance avec ces chaussures qui offrent une bonne relance.
Taillées pour de longues échappées comme de beaucoup plus courtes, sur tous les terrains, les chaussures Cascadia ne craignent ni la pluie, ni la chaleur, ni les terrains techniques.
La semelle se révèle accrocheuse et sa conception permet d'évacuer la boue, l'eau, ...
Le pare pierres semi-rigide intégré sur l'avant est efficace, sans être imposant non plus : il protège bien les orteils et le pied des obstacles.
Les aérations (mesh aéré) évacuent bien l'humidité et on ne transpire quasiment pas.

La course est lancée, de nuit ... il avait bien plu les jours d'avant ... le sol était humide et le parcours a commencé de suite par une bonne montée puis un col enneigé ! Donc forcément une bonne descente à l'issue J
J'ai de suite pu confirmer la bonne accroche de la semelle et  latérale sur les bords grâce aux crampons incurvés ainsi que le bon déroulé grâce aux plots indépendants au niveau du talon.
Par temps humide ou sur sols boueux, la boue ne reste pas accrochée à la chaussure. L'adhérence reste impeccable comme sur les terrains secs.
La chaussure est aussi réactive sur  les portions de route, passages dans les villages ...
Au fil des kilomètres s'enchaînent passages glissants, dalles, souches, galets, bitumes, terrains humides, boueux, ... Mais la chaussure ne bouge pas !

La météo elle a bien bougé (vent, brouillard, grêle, pluie, ...)  je terminerai mon aventure dans le Queyras à 73km et 1ère féminine J
Après un petit triathlon XS, en route vers la TDS fin août J

Conclusion

Testée par tous les temps, sur tous les terrains, mon impression est conforme au visuel : je suis séduite, elles ont réussi le test et participeront à la TDS fin août J
C'est une chaussure polyvalente par excellence, sur tous les types de terrains, solide, amorti, souplesse, confort, protection, accroche, légèreté et dynamisme, tout est bon !
La Brooks CASCADIA 9 est indéniablement une très bonne chaussure technique trail femme 9 pour tout type de trails courts ou longs.
Elle convient très bien pour les foulées universelles et les coureuses de tout poids.

Les caractéristiques sont disponibles sur la fiche des Brooks Cascadia 9 femme>

Waa : what an adventure

par Alexandra RENAUD / 18-03-2013

La conception d’un sac de trail, série limitée, spécialement conçu par un traileur, pour une très grande épreuve : le Marathon des Sables.

Le Marathon des Sables est une épreuve mythique : malgré son nom trompeur ce n’est pas les 42 km d’un marathon qu’il faut parcourir mais plus de 240 km repartis en 6 étapes, dans le désert du Sahara.
Les coureurs sont en autosuffisance : ils doivent porter leur nourriture, un réchaud, des vêtements, un sac de couchage et le matériel de survie.
Pendant une semaine, il faut donc gérer son effort, son alimentation et ses besoins hydriques, il faut tout porter et donc savoir également réduire le poids du sac... c’est pour cela que chaque tissu, chaque système d’accroche, chaque accessoire, doit être le plus léger possible, sans sacrifier à la résistance ! C’est ce que WAA a créé !


ULTRABAG MDS

Ce sac a été conçu par un traileur spécialement pour répondre aux besoins des sportifs pour les longues sorties de trail-running.

Possédant de nombreuses poches de rangement, le sac WAA MDS est personnalisable et permet à chacun d’organiser son équipement de manière personnalisée, avec entre autre un grand compartiment et de nombreux emplacements pour ce qui doit rester à portée de mains.

J’ai eu l’occasion de tester ce sac, très léger ( 590g à vide ) et modulable en fonction des besoins (on peut enlever ou ajouter des rangements, poches, packs, et se servir des « options » séparément :
En trail comme en randonnée ( ski de randonnée, raquettes à neige, randonnée pédestre ) il est confortable et très fonctionnel grâce à sa forme rectangulaire et ses diverses options.

Ses différentes bretelles larges, renforcées et aérées, toutes réglables, le rendent adaptable à toutes les morphologies et une fois bien réglé, il est stable, on oublierait presque sa présence.

Très esthétique, il se distingue par sa couleur, voyante et son format rectangulaire, comme d’ailleurs tous les sacs des unités de secours. C’est le seul format qui permet un accès aisé, rapide, un rangement rationnel et optimal. Il s’ouvre sur 270°, ce qui est appréciable car cela permet d’accéder (sans devoir tout sortir), à l’intégralité du contenu du sac !

L’ULTRABAG WAA MDS est composé de tissus très résistants, lavables, spécialement étudiés pour la pratique intensive du trail, répondant aux normes les plus strictes. Le tissu est quadrillé : si par mégarde accrocs il y a, la déchirure ne s’étendra pas au-delà du carreau...

Une fois rempli, le sac est compressible : deux élastiques de compression latéraux adaptent le volume du sac à son contenu, pour un meilleur maintien et stabilité.

Il possède également une ceinture ventrale avec poches zippées et une sangle de poitrine : ni le sac en lui-même ni le pack avant ne « ballottent » lors de la course.

Le dos et les bretelles sont aérés, renforcés et donc agréables à porter.

Malgré la couverture fluorescente le protégeant de la pluie, il résiste aux pluies fines mais il n’est pas étanche à 100% : il est bon de prévoir un sac étanche ses affaires au sec à l’intérieur du sac.

Très bien accessoirisé, il apparaît comme un sac polyvalent de montagne autant adapté à la randonnée classique ou en raquettes, au trekking ou au ski de randonnée ( pas d’attaches pour les skis par contre ) pour un ou plusieurs jours.
Utilisé par tous les temps (ensoleillé, pluvieux, venteux ) et sur tous les terrains (boueux, sablonneux, caillouteux,…), l'ULTRABAG WAA MDS montre une grande résistance.

Quelques remarques :

- A la première impression, le sac parait lourd mais une fois sur le dos, il se fait plus léger !
- Important : bien organiser son sac avant le départ, pour bien comprendre son fonctionnement (poches, sangles...),
- Régler correctement votre sac au départ pour qu’il reste bien fixe sur votre dos, - La poche de rangement pour la poche à eau est accolée au contenu du sac à dos. Par expérience, je vous recommande de mettre la poche à eau à l’écart du sac de couchage et autres habits de rechanges en cas de fuite.
- Sur ce sac, conçu pour la compétition, le système d’attache pour dossard répond au règlement des courses et évite d’abîmer le sac avec des épingles.

Belle aventure à tous...

SILVA RUNNER : Le jour ou la nuit, il faut choisir…

par Alexandra RENAUD / 11-02-2013

Pour les activités sportives, raids multisports (trails, VTT, CO) quel plaisir d’avoir une bonne frontale, c’est quand même un bon investissement si je peux éviter de tomber en vtt ou de me faire une entorse en courant dans la forêt de nuit sur une racine que je n’avais pas vu …
Et pour trouver les balises en Course d’Orientation nocturne …
Lors de tests de sélection sportifs, j’ai fait la connaissance avec la SILVA RUNNER et j’ai été impressionnée par sa luminosité : un phare.

Première sortie avec la Silva : la randonnée de nuit (et heureusement car sans, on ne voyait pas les panneaux de randonnée !) puis ski de fond et sortie trail de nuit !
Un vrai régal de bien voir, cela sécurise beaucoup et comme je le dis souvent, mieux vaut investir dans du bon matériel quitte à mettre le prix, plutôt que de se retrouver le pied dans le plâtre ou une entorse qui laisse des traces … ou encore à changer tous les ans de matériel.
La frontale SILVA RUNNER est une lampe tellement légère que lorsque je pratique une activité avec, j’en oublie que je l’ai sur la tête !
Quel confort de tout voir et loin, sans sentir un ballottement ni un poids sur la tête …
Elle est idéale pour toutes les activités de plein air en nocturne et assure une ergonomie parfaite grâce à sa bande extra-large antidérapante : la frontale ne bougera pas avec la cadence du pas de course ou lors de passages de bosses ou autres passages techniques en VTT par exemple.

La lampe SILVA RUNNER dispose de la technologie Silva Intelligent Light® mettant rapidement et facilement à disposition une lumière puissante à longue distance et une lumière diffuse nécessaire à une vision rapprochée : le bouton pour changer est facilement accessible et reconnaissable même avec des gants !
De plus, en fonction de l’activité, du terrain, du besoin de visibilité, on peut choisir facilement l’angle d’inclinaison, elle restera stable, dans la position dans laquelle on l’a placée.

Sa batterie externe, rechargeable, peut être fixée sur le bandeau extra-large (réglable) ou accrochée à une ceinture ou placée dans la poche de veste ou dans un sac à dos.
Mais pas obligé de prendre un sac à dos, c’est ça l’avantage de la petite taille de la batterie qui se range partout et facilement.

Je ne vois pas grand-chose à redire sur cette frontale, tout y est !
Certains critiqueront le coût mais comme dit, c’est un investissement et un choix car une bonne visibilité durant les pratiques sportives nocturnes, quel plaisir et cela peut éviter les blessures bêtes !

Test de la Asics Gel Cumulus 13 femme : Extra confortable !

par Alexandra RENAUD / 13-07-2012

La course sur route, je l’avais un peu mise de côté, plus attirée par le trail actuellement. J’ai toujours couru en Adidas et je m’y sentais vraiment bien. Je n’osais pas le changement (mais comme on dit il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis).
Grâce aux bons conseils reçus chez CASAL RUNNING, par rapport à ma pratique, me voilà équipée en Asics gel cumulus 13 !
Esthétiquement : magnifiques ! J’aime beaucoup !
A peine reçue, je les ai testées sur mon parcours habituel de 12 km, plat et bitumé. Dès les premières foulées, j’ai ressenti un réel confort, un amorti « moelleux » sous toute la semelle hyper souple : très bonnes sensations et très bonne absorption des chocs (grâce au gel avant et arrière) alors qu’à cette période de l’année je ressens des points de contractures dans les mollets.
Très légères, mon pied universel l’a adopté de suite : un très bon maintien du pied et de la cheville (il vaut mieux acheter une chaussure universelle et se faire corriger la pronation ou la supination grâce à des semelles orthopédiques car il existe différents types de pronations ou supination). Le laçage est très fiable et stable.
Je décide de les emmener sur leur première compétition : un duathlon en relais (je suis du coup volontaire pour faire la partie course à pied). Le parcours est vallonné et essentiellement fait de macadam. 4,5 km pour la première partie avec départ en côte, un peu de replat, montée et bonne descente : bien stables, légères, mon pied ne bouge pas, je ne les sens pas. Les 2,5 km de la fin, même chose : une bonne montée et une descente : aucune douleur, aucune brûlure, vraiment très confortable et bon amorti. Le laçage est resté intact.
Adoptées, c’est reparti pour quelques entrainements et courses sur route. Je pense que ces chaussures sont faites pour courir sur route et chemin, sentier de forêt, plat vallonné. Elle est parfaitement adaptée pour des parcours de toutes distances.

LA NORTH FACE SINGLE TRACK HAYASA testée sur toutes les surfaces en une sortie !

par Alexandra RENAUD / 03-07-2012

Les premières sensations : super légères (206gr la chaussure en 38,5), très agréables et confortables, souples et idéales pour les trails roulant (pas trop de rochers) et courts !
La voilà dans mon sac pour participer à la Verticale du Diable (un double km vertical 7km et 2000mD+ aux 2 Alpes). Il fait chaud, le terrain est sec et roulant, tout en vertical !
L’épreuve et la météo idéales pour la première sortie des Hayasa…
Cette chaussure est très réactive et offre un très bon maintien sur toutes les surfaces. En voyant la semelle je n’y croyais pas mais elles ont parfaitement tenues sur différents terrains, le bitume, le sentier en gravillons, sablonneux et/ou humide, en montée, en descente, sur herbe, sur les cailloux à 2800 m d’altitude et sur la neige. Elles sont très stables et ont une accroche impressionnante : très surprise par les capacités de ces chaussures.
Et par cette météo très chaude, je les a beaucoup appréciée car bien aérées : le petit courant d’air frais en altitude, entrant dans la chaussure était bien agréable !
Esthétiquement rien à redire et le laçage est très stable, il ne se desserre et ne se défait pas (les lacets sont un peu élastiques). Mon pied était bien maintenu, centré et donc stable, que ce soit dans les prés où il y avait pas mal d’imperfections (trous de marmottes) sur les cailloux ou sur la neige.
En montée (la montée était extrême : passage à 42%) la tige était parfois un peu basse et le talon se déchaussait légèrement mais là c’était peut-être à moi de revoir pour serrer plus la chaussure.

 

Les Speedcross 3 de Salomon

par Alexandra RENAUD / 19-06-2012

Voilà un petit moment que je voulais tester ces chaussures aperçues sur de nombreux trails. Ce week-end, sur la partie course à pied du triathlon à Pirmasens en Allemagne. C'était le terrain de jeu idéal pour les tester : herbe et terrain sablonneux ou terreux, un peu humide donc légèrement boueux par endroit, vallonné, très peu de bitume (500m). Esthétiquement, je les trouve très chouettes, colorées (belles gammes féminines !). Elles sont très légères et vraiment très confortables, on ne les sent quasiment pas aux pieds ! Le laçage Salomon est très pratique : rapide, fiable et facile à ajuster, les chaussures tiennent bien aux pieds.
Une très bonne accroche en montée comme en descente ! Dans les côtes ou sur le plat, une bonne accroche, en descente de très bons appuis sur tous les terrains sauf peut-être le terrain rocailleux. En montée leur légèreté et leur adhérence en font des chaussures parfaites pour le Km Vertical.
Le chaussant est très confortable et elles sont légères (280gr en 5.5) et « nerveuse ». Aucun problème d'amorti non plus, aucune douleur nulle part.…Un plaisir de courir ! Je la conseille pour les gabarits inférieurs à 70 kg.
Cependant elles ne sont pas adaptées à tous les types de terrain : je la conseille sur terrain boueux, gras, meuble pour l'action des crampons ou neige mais pas sur sol sec et rocailleux ni sur du bitume (usure précoce). En règle générale ce que l'on ressent quand on les essaye se confirme : De vrais chaussons !

 

"Mes impressions" sur la boisson Bio Punch power gout menthe

par Alexandra RENAUD / 8-06-2012

Je l’ai testé lors de l’entrainement trail et vélo, durée d’effort environ 1h30/2h. Elle est très rafraichissante grâce à son gout menthe très léger et pas trop sucré ! Elle est facile à digérer, se boit facilement ( moi qui ne boit pas assez d’habitude je n’ai pas eu de mal à finir mon bidon de 500Ml ! ) (J’ai une digestion un peu capricieuse en général mais là, aucun soucis contrairement à d’autres boissons déjà testées qui provoquaient des brûlures d’estomac etc … )
Personnellement je ne suis pas trop sujette aux crampes mais serait il possible, sans modifier le gout, d’augmenter la teneur en potassium ou sodium ? Beaucoup de sportifs souffrent de crampes et c’est ce qui manque en général comme micro nutriments …